Adolescence et rites de passage

L’adolescence est un concept récent. Jusqu’au milieu du XIXème siècle, on passait du statut d’enfant à celui d’adulte, sans autre transition qu’un marqueur social pouvant être assimilé à un rite de passage.

L’adolescence est un concept récent. Jusqu’au milieu du XIXème siècle, on passait du statut d’enfant à celui d’adulte, sans autre transition qu’un marqueur social pouvant être assimilé à un rite de passage. Ces derniers ont toujours existé et dans toutes les sociétés. Ces rites étaient des actes à dimension fortement symbolique, qui permettaient aux enfants d’accéder à un nouveau statut : celui de l’adulte.  Ils se découpent en trois séquences : la séparation (il s’agit souvent de couper quelque chose : cheveux, prépuce, ou marque sur la peau..),  la démarche initiatique, à la marge des enfants et des adultes et enfin l’agrégation, autour d’une fête qui permet l’insertion sociale dans le monde des adultes. Longtemps, ces rites ont pu être d’ordre religieux (la communion solennelle, la Bar Mitstva), ou d’ordre social (le service militaire, le baccalauréat, le premier emploi ou encore le mariage). Ces rituels ont disparu progressivement ou perdurent sans être pour autant une empreinte collective, laissant les jeunes s’auto organiser d’autres rituels en marge d’une organisation sociétale. L’adolescence s’étire, rassemblant des jeunes dont la fourchette de l’âge tend à s’allonger et abandonnant un certain nombre d’individus ne rentrant pas dans le cadre collectif et donc ne s’intégrant pas à la société. Ce sont ces derniers qui vont créer des rites en pratiquant des conduites à risques pour se créer une identité. Parfois au risque de mourir, à défaut d’un véritable encadrement de passage.

Le 9 nov. 2011
 
 
 
 
 
Acadomia

rejoignez notre forum

Que pensez-vous du système de notation français ?

dernier message le 18 févr. 2015, par sysdream:

"error..."