Comment préparer l'intégration de son enfant dans une nouvelle école ?

Avant la rentrée

  • Le choix du moment

Il n’est pas toujours possible de choisir la période de l’année durant laquelle on déménage, mais le meilleur moment pour intégrer un nouvel établissement, qu’il s’agisse d’une école primaire, d’un collège ou d’un lycée reste la rentrée de septembre : votre enfant ne sera pas alors le seul à devoir faire connaissance avec de nouveaux camarades. Au contraire, plus l’année avance, plus il devient difficile de se retrouver dans la situation du « petit nouveau », objet de regards et de curiosité. En outre, s’adapter à de nouvelles méthodes d’enseignement en cours d’année peut perturber un peu plus un élève qui éprouve déjà des difficultés en classe.

  • Le choix de l’endroit

Le choix de votre nouveau domicile devra être intimement lié à celui de la nouvelle école. En effet, quel que soit le choix que vous comptez faire (public ou privé) mieux vaut s’installer non loin du futur établissement de votre enfant afin de lui épargner de longs trajets quotidiens. Avant de choisir votre prochain logement, renseignez-vous aussi de votre mieux sur la réputation des écoles de votre nouvelle ville. Cette « enquête » peut se faire à distance : les taux de réussite aux examens sont bien sûr un indicateur, mais une visite sur le site Internet du futur collège ou lycée permet de mesurer, via le nombre de sections, d’ateliers et  d’activités extrascolaires proposés, la taille de l’établissement mais aussi l’investissement et le dynamisme des équipes enseignantes.

  • Se familiariser avec le nouvel environnement

Une fois l’école choisie, tâchez de faire en sorte que votre enfant puisse la découvrir avant d’y vivre son premier jour de classe, particulièrement s’il est encore en primaire ou s’il change de cycle scolaire. Dans ce dernier cas, la plupart des établissements organisant une visite d’accueil des futurs collégiens ou lycéens au mois de juin, il est important d’anticiper suffisamment afin que votre enfant puisse assister à cette journée de découverte. Un autre moyen de le familiariser avec sa nouvelle vie et sa nouvelle école consiste à l’aider à se fixer de nouveaux repères, en  accomplissant par exemple avec lui le trajet qu’il empruntera quotidiennement à la prochaine rentrée.

  • Anticiper sur la rentrée

Renouer avec le rythme scolaire après la longue interruption estivale peut être encore plus délicat lorsque l’on doit en plus faire face à un changement d’établissement. Faites donc en sorte que la transition avec la classe précédente se fasse le mieux possible, en incitant votre fils ou votre fille à remettre le nez, avant la fin de l’été, dans les cours de l’année dernière. Cela peut également passer par le biais d’un cahier de vacances ou, mieux, par la participation à un stage de pré-rentrée Acadomia. Anticipez également la rentrée en réfléchissant avec votre enfant à son nouvel espace de travail à la maison, ce qui sera l’occasion de sortir rapidement les livres et les cahiers des cartons… Bref, il s’agit de préparer cette rentrée-là avec plus de soin encore que les précédentes.

  • Tisser les premiers liens

Enfin, aidez votre enfant à tisser des liens qui lui permettront de réduire la part d’inconnu dans son nouvel univers et donc de moins redouter la rentrée. Emmenez-le à la piscine, encouragez-le à jouer avec les enfants du quartier… Multipliez ainsi les occasions de rencontrer des jeunes de son âge, qui seront peut-être ses futurs camarades de classe, et donc autant de têtes connues à la rentrée ! Enfin, tissez également des liens avec votre nouvelle ville : jouez les touristes dans votre région d’adoption, découvrez-en les attraits en famille, en adaptant quelque peu les visites à l’âge de votre enfant : il aura sans doute davantage l’envie de s’investir dans sa nouvelle vie, y compris scolaire, s’il en connaît et apprécie le cadre.

 

À la rentrée

  • Soyez à l’écoute

Le jour de la rentrée sera un moment critique pour votre enfant : quel que soit son âge, il aura la sensation double d’un départ à zéro et d’un saut dans le vide, alors même qu’il pensait peut être avoir dépassé à tout jamais ces sensations et ces angoisses. Plutôt que de le rassurer à trop bon compte, prenez le temps de l’écouter, de parler avec lui de chacun des points qu’il soulève, afin qu’il n’ait pas la sensation d’être isolé dans ses craintes. C’est une chose que vous soyez persuadé(e) que tout se passera bien, c’en est une autre que lui accepte de l’envisager. Le passage de l’une vers l’autre se fait avec du temps et des mots choisis.

 

  • Inscrivez-le dans un club (de sport)

 

Le sport est le prétexte idéal pour connaître de nouvelles personnes, parce qu’il fournit un lieu commun, une préoccupation commune, et un cadre ludique. Si vous parvenez à trouver un club de sport dans le quartier de l’école où vient de rentrer votre enfant, il y rencontrera certainement de nouveaux amis inscrits dans la même école dont la complicité l’aidera ensuite dans le cadre scolaire.

  • Invitez ses nouveaux amis

S’il est plutôt déconseillé d’organiser une grande fête chez vous en invitant la moitié de l’école pour accélérer, voire forcer, la constitution d’un réseau de copains pour votre enfant, n’hésitez pas à lui laisser la liberté d’inviter quand il le souhaite les ami(e)s dont il vous parle régulièrement, afin de solidifier les liens déjà existants. La cour de récréation reste souvent un socle mouvant pour les relations entre les enfants, et c’est parfois en l’élargissant aux quelques heures libres du mercredi ou du samedi qu’un copain versatile devient un ami !

 

Durant le 1er trimestre

  • Utilisez les nouvelles technologies

Si malgré vos efforts votre enfant reste inconsolable, les yeux rivés sur la vie qu’il a dû abandonner, vous pouvez toujours lui proposer un exutoire intelligent et pédagogique : recueillez au préalable les adresses e-mail des meilleurs copains (ou copines) de son ancienne école, voire de leurs parents en fonction de leur âge, et aidez votre enfant à rédiger une chronique hebdomadaire humoristique sur sa nouvelle vie, ses aléas, ses côtés positifs. Toujours en fonction de son âge, et tout en gardant un œil averti et vigilant sur son activité, vous pouvez aussi l’inciter à joindre à cette chronique des photos, ou à la coupler avec une page facebook. Ceci pourrait l’aider d’une part à poser progressivement un regard beaucoup plus positif sur sa nouvelle vie, et d’autre part à garder un contact rassurant avec les amis qu’il a quittés.

 

  • Organisez une fête de famille

Si en dépit de tout cela votre enfant peine toujours à prendre ses repères dans sa nouvelle vie, dans sa nouvelle maison, ou dans sa nouvelle école, alors sortez la grosse artillerie, et organisez une fête de famille : si ceux qu’il considère spontanément comme les piliers inamovibles de sa jeune mémoire investissent son quotidien douloureux, il fabriquera instantanément avec eux des souvenirs tout neufs au sein de ce cadre nouveau, et c’est un regard habité par ces souvenirs qu’il posera désormais sur sa vie délocalisée !

 

Si vous déménagez en cours d’année scolaire

  • Tâchez d’inscrire votre enfant en sa présence

Si vous n’avez pas pu faire coïncider votre déménagement avec le début de l’année scolaire, une fois le choix de l’école fait n’hésitez pas à prendre votre enfant avec vous pour toutes les démarches d’inscription : cela lui permettra d’avoir une idée déjà précise des lieux où il passera la fin de son année !

 

  • Prenez rendez-vous avant le premier jour de classe avec un membre de l’équipe pédagogique

Dans le même ordre d’idée, prenez rendez-vous avec lui quelque temps avant son premier jour d’école avec son professeur (pour le primaire), l’un de ses enseignants (pour le collège ou le lycée), ou le directeur de l’établissement : outre que ces personnes ont de nombreuses et primordiales informations à vous fournir, cela permettra à votre enfant d’avoir fait la connaissance d’une personnalité d’encadrement, et donc d’arriver en classe rassuré.

Le 5 juil. 2011
 
 
 
 
 
Acadomia

rejoignez notre forum

Que pensez-vous du système de notation français ?

dernier message le 18 févr. 2015, par sysdream:

"error..."