L'autorité : à quoi ça sert?

Les transformations de l’autorité dans la société

Si la question de l’autorité fait couler tant d’encre c’est que sa perception et son application ont foncièrement évolué ces dernières années. L’autorité ne disparait pas : elle évolue et change de main. Ainsi, il fallut des siècles à l’État pour assoir sa légitimité face au religieux et à la coutume. Une assise remise en question à la fin des années 60, où cette autorité appuyée sur une très ancienne notion de patriarcat est rejetée. Et ce sont les représentants de l’État (police, militaires, hommes politiques, enseignants même) – de l’autorité donc – qui sont la cible de cette perte de légitimité reposant sur le pouvoir. Les changements issus de cette mouvance sont nombreux : l’État décentralise et, à tous les niveaux de la société, on assiste à des transformations significatives.  

La famille d’abord ne s’appuie plus sur la toute puissance du père et se dirige vers une égalité d’abord au sein du couple parental, puis envers l’ensemble de ses membres –l’enfant étant considéré comme un individu à part entière, avec une reconnaissance de ses droits. À l’école, les punitions physiques et les bons points, encore très en vogue dans la première moitié du XXe siècle, disparaissent pour laisser place aux notes de vie scolaire et à une forme d’autorité plus liée au charisme qu’à la fonction incontestée du professeur. Dans l’entreprise, le rapport à la hiérarchie lui aussi évolue. Les règlements rigides et détaillés s’effacent au profit d’un management encourageant la performance, l’esprit d’initiative et la compétence chez les salariés.

La société entière évolue donc vers une application toujours plus grande des valeurs démocratiques. L’autorité change de visage. Le père, l’enseignant, le patron ne sont plus craints. Cette abrasion de l’autoritarisme d’hier ne signifie pas pour autant que le respect de ceux qui font autorité, par leur légitimité et leurs compétences, doit disparaitre. Pour fonctionner, toute société a besoin de repères permettant à chacun de trouver sa place et permettant aux jeunes de s’identifier. Tout l’enjeu de l’autorité aujourd’hui s’inscrit donc dans la reconnaissance de valeurs démocratiques et de leur transmission par des individus les incarnant.

 
Le 12 avr. 2011
 
 
 
 
 
Acadomia