Comment aider son enfant à faire face au redoublement ?


Que le redoublement corresponde ou non à un choix délibéré de la famille, il est important que l’enfant se sente soutenu, avant la prise de décision définitive comme au cours de cette éventuelle année « bis », afin qu’elle ne soit pas un nouvel échec. Mais comment faire ?

Il est possible pour les parents d’assister leur enfant avant même la « sanction » du redoublement, qui est toujours douloureuse. L’établissement peut proposer un rendez-vous avec un psychologue scolaire. Cette démarche n’a rien d’obligatoire mais elle peut servir d’éclairage et redonner confiance à l’élève. Il s’agit ici d’analyser les méthodes de travail et de raisonnement, à travers une série de tests, mais aussi et surtout de permettre à votre enfant de parler de l’année scolaire écoulée, des difficultés qu’il peut rencontrer à l’école ou en dehors. Cette rencontre est enfin l’occasion de mettre en place un plan de réussite pour l’année à venir.

Il est également important de rencontrer l’équipe enseignante avant le conseil de classe. Cela  aidera à comprendre ce qui a fait défaut à votre enfant durant l’année scolaire, et d’approfondir les remarques souvent lapidaires portées sur les bulletins : s’agissait-il d’un manque de travail, d’une immaturité, de troubles de la compréhension, d’une période singulière dans la vie familiale (divorce, déménagement…) ? Tous les professeurs de votre enfant établissent-ils le même diagnostic, quelles sont les matières où il se trouve en réussite, et pourquoi ? Tous ces éléments permettront d’établir un bilan plus nuancé – tout n’est pas négatif, même si le redoublement s’avère nécessaire – et de prévoir des solutions adaptées pour bien vivre l’année suivante.

Vous pouvez enfin faire appel devant une commission; même si le redoublement est finalement prononcé, votre enfant pourra mieux comprendre la décision finale, ou simplement voir que vous le soutenez. Cependant, vous opposer de façon catégorique au redoublement peut être contre-productif si cela ne l’aide pas à accepter ce qu’il vivra durablement comme une injustice.

Lorsque le redoublement est décidé, ne l’accablez pas de devoirs de vacances dès l’été, ou de cours pour « rattraper ». Laissez-le respirer. Les remarques désobligeantes ou l’expression de votre déception ne lui seront également d’aucune aide… Sans pour autant banaliser le redoublement ou l’échec, voire décrédibiliser l’école, vous devez faire comprendre à votre enfant que la vie, notamment scolaire, n’est pas forcément une ligne droite et que l’on peut se tromper.

Enfin, plutôt que de surveiller dès le début de l’année les notes et d’augmenter les heures de travail après la classe, renforcez plutôt les activités parascolaires dans lesquelles votre enfant pourra s’épanouir et réussir. Une meilleure estime de soi permet de progresser en classe, de résister à la pression générée par la peur d’un nouvel échec. 

Au cours de l’année, valorisez les progrès, aidez-le à adopter de meilleures méthodes de travail en l’encourageant à gagner en autonomie. Analysez avec lui les éventuels échecs en relativisant la note et en l’amenant à comprendre pourquoi le travail produit ne correspondait pas à ce qui était attendu. Il ne doit pas oublier – et vous non plus ! - que la note portée sur la copie n’est pas une estimation de sa propre valeur, en tant qu’élève ou en tant qu’enfant.

 
 
 
 
 
Acadomia

rejoignez notre forum

Que pensez-vous du système de notation français ?

dernier message le 18 févr. 2015, par sysdream:

"error..."