Objectif bac: au premier trimestre, on consolide les bases !

Installée à une table de classe, le regard rivé au tableau, Laura suit le cours de son professeur de maths le sourire aux lèvres. Scène ordinaire d’un lycée ? Pas vraiment. Le programme est bien celui de terminale, mais la jeune fille est dans une classe de l’institut pédagogique du 7e arrondissement de Lyon, pour un cours de soutien pas comme les autres.

Depuis un mois, cette élève suit le programme bachelier ou remboursé. Et le fameux remboursement ne semble pas avoir effleuré son esprit un instant : « avoir mon bac, cela veut dire ne plus jamais avoir à faire de maths. Autrement dit : j’ai bien l’intention de l’avoir », glisse-t-elle avec aplomb lorsque son professeur a le dos tourné.

Bonne élève jusqu’à la fin du collège et le début de la seconde, elle concède avoir suivi une scolarité sans trop d’efforts, préférant se consacrer pleinement à sa grande passion : le chant. Mais les heures de conservatoire et de solfège ont fini par avoir raison de ses facilités scolaires. Plutôt littéraire, « ma mère a insisté pour que je suive un cursus ES », explique-t-elle.

Vœux exaucés, avec une bête noire : les maths et les sciences économiques et sociales, matières dans lesquelles elle atteint plus souvent le 5 que le 10 aux devoirs sur table. Pas démotivée pour autant, quand sa mère lui a suggéré de passer un contrat avec Acadomia dans l’objectif de préparer au mieux son examen, la lycéenne a troqué immédiatement ses mercredis après midi de libres pour le Programme bachelier.

« C’est très simple, je n’ai pas envie de passer une année de plus au lycée », argumente-t-elle en faveur de ce choix. Et de toute évidence, elle n’est pas seule à s’attacher à remplir cet objectif.

 
Le 8 déc. 2010
 
 
 
 
 
Acadomia

rejoignez notre forum

Que pensez-vous du système de notation français ?

dernier message le 18 févr. 2015, par sysdream:

"error..."